Pourquoi l'uniformité menace le monde

Publié le par Alain Renaud

Pourquoi l'uniformité menace le monde

Chacun s'accorde à reconnaître que le spectacle de la diversité des hommes, des animaux et des choses nous apporte un bonheur immense

Cette diversité se manifeste partout.

 

 

La mer, les montagnes, les plaines, les fleuves caractérisent les pays. La diversité des animaux, des insectes aux mammifères, est stupéfiante.

La variété des couleurs, des tailles, des cultures, des traditions, des vêtements, des habitations, de l'espèce humaine constitue également une richesse inestimable de notre planète.

 

Aujourd'hui cette diversité universelle, est en danger. Elle est menacée de disparaître.

Mais cette menace est loin d'être seulement écologique. Elle est surtout politique, idéologique. Elle est due à la folie des hommes. Sans que personne ne s'en rende compte.

 

Seule la menace de destruction des espaces naturels a commencé à alerter les citoyens du monde. Face à une urbanisation mondiale et incontrôlée, à une démographie galopante des pays les plus pauvres, à un développement économique d'abord libérateur, mais devenu nocif de par les nuisances pour la santé qu'il entraîne, une réaction a commencé à voir le jour.

Mais elle se manifeste bien davantage chez ceux qui ont déjà atteint une certaine aisance. Elle n'est pas une priorité des pays pauvres ou émergents.

Tout comme la démocratie d'ailleurs.

 

Les Européens qui critiquent ces nations ont oublié les enfants qui travaillaient dans les mines de charbon en Angleterre au XIXe siècle et qu'ils ont mis des siècles avant de parvenir à une démocratie plus factuelle que réelle.

Néanmoins, même des pays aux grandes métropoles hyperpolluées commencent à s'inquiéter d'un phénomène qui pourrait devenir nocif à leur population, mais restent trop souvent indifférents aux menaces qu'ils font courir à l'étranger de par leurs propres investissements polluants, à l'image d'usines chinoises au Vietnam par exemple.

 

 

La diversité des animaux est elle également fragilisée par l'intrusion de l'homme dans le processus naturel de reproduction à partir du moment où, jouant à l'apprenti sorcier, il se permet de croiser des espèces ou même d'en créer de nouvelles selon son bon plaisir. Elle est encore davantage menacée par l'éradication d'espèces entières qui ne bénéficient plus d'espace naturel suffisant pour se reproduire.  

Les hommes ne se rendent plus compte qu'ils font également partie des êtres vivants et des animaux, et que leur supériorité technique ne leur donne pas le droit d'éliminer d'autres espèces qui, in fine, se ferait à leurs dépens.

 

 

Cette diversité des espaces naturels, des êtres vivants, des animaux, elle se manifeste aussi chez les hommes. Leurs couleurs, leurs traits, leurs traditions, leurs ethnies, leurs cultures, leurs histoires sont différents.

Cette diversité représente la richesse du monde. C'est ce qui fait que chacun espère que tous les enfants du monde sauront se donner la main.

 

Pourtant, depuis que la révolution des moyens de transport et de communication a permis aux hommes de se rapprocher, ce qui semble un phénomène heureux, cette diversité humaine est en danger.

 

La mondialisation et la globalisation apportent aussi l'uniformité et là où on pouvait penser que le monde ne serait plus qu'un village, on s'aperçoit qu'il peut devenir en réalité une poudrière, un village séparé entre bourgs où l'on s'affronte violemment d'une rue à l'autre. 

Car la mondialisation produit aussi la mixité. Et la mixité, si elle se produit à grande échelle, est l'opposé absolu de la diversité.

 

Si tous les hommes se mélangent, deviennent métis, ils se ressemblent tous et l'uniformité règne sur la terre. Fini l'arc en ciel des couleurs, des ethnies, des traditions, des cultures. Plus d'Asiatiques, d'Africains, d'Européens, d'Américains. Plus de Chinois, de Français, de Turcs, d'Arabes, d'Indiens ou de Chiliens.

Partout la même population.

Peut-être tous avec une seule religion : l'Islam, le Judaïsme, le Christianisme, le Bouddhisme, l'Hindouisme…, ou l'absence de religion : le laïcisme, le paganisme, l'épicurisme, le communisme, le libéralisme…?

 

Le paradis enfin sur terre ?

 

Ou l'enfer ?

 

Mais n'est-ce pas, insidieusement, ce que nous propose un grand nombre de politiques aujourd'hui, en Europe essentiellement ?

Plus de Français, plus d'Européens, ou plutôt des Français ou des Européens qui n'en auraient plus que le nom.

Et cette orientation ne provoque-t-elle pas ces mouvements populistes, qu'ils soient régionaux ou nationaux, condamnés par ces mêmes politiques sans en rechercher et comprendre les causes ?

 

 

Défendre son moi, son être, sa culture, ses traditions, son histoire, est-ce être fermé aux autres ou est-ce, bien au contraire, le seul moyen de reconnaître, de comprendre et d'accepter l'autre, de dialoguer avec lui ?

 

La paix du monde ne se fera pas par le mélange des hommes, mais par le respect de leur identité et de leur culture.

 

La diversité du monde est sa richesse et son bonheur.

 

Elle doit être protégée, car elle est la condition de la paix.

 

Commenter cet article